Audition pour l’allocation doctorale

Bon, et bien c’est maintenant qu’il faut assurer ! Etat d’esprit positif, je me dis que ce n’est pas grave si je ne l’ai pas cette allocation, que je ferai une thèse en Cifre, ou que je trouverai un autre financement (j’ai déjà commencé les recherches) : zen attitude totale 🙂

J’arrive dans le couloir de la mort de l’école doctorale super en avance, on ne sait jamais. J’ai beau être zen, le diable n’est jamais loin … Et là, 4 personnes qui attendent leur tour, un étudiant qui vient de sortir de la salle : on lui tombe dessus. « Comment ça s’est passé, c’était quoi les questions, est ce qu’ils étaient sympas ou non, est ce que tu es arrivé à répondre à leurs questions ???? » … Et ça été comme ça à chaque personne qui sortait, chacune étant très sure d’elle, pensant avoir réussi l’examen de passage. Oups, je commence à douter, c’est pas cool … En plus, c’est un passage par ordre alphabétique donc je suis évidemment la dernière. Et juste avant moi, il y a Antoine qui était dans le même master que moi et qui me fait flipper car il a déjà écrit un article dans une revue il y a quelques semaines, et qu’en plus je sais qu’il a du répondant et qu’un jury comme celui-là ne doit pas le faire flipper une seconde … Le trouillomètre commence à s’emballer …

C’est au tour d’Antoine d’entrer dans l’arène. J’en profite pour reprendre mes esprits, me regonfler à bloc  et me dire que j’ai vaincu des choses pires que ça … Mes cours d’Aïkitaiso doivent m’aider, je me sens mieux. Ca tombe bien, le directeur de l’école doctorale m’appelle. Je lui fais un petit sourire qu’il me rend (il a l’air plutôt sympa) et on échange une bonne poignée de main. Top départ !  J’ai l’impression de me regarder marcher dans cette grande salle pour rejoindre la place que je dois occuper parmi ces 10 enseignants  issus de tous les horizons : psycho, sciences de l’éduc,  informatique … Waouh … 10 paires d’yeux fixées sur moi : pas grave, j’y vais à fond, je connais mon projet par coeur (aucun support n’était autorisé), j’essaye de regarder tout le monde autour de cette grande table qui fait tout le tour de la salle. 10 minutes de présentation, 10 minutes en apnée  pendant lesquelles je débite mon speech savamment chronométré et répété à longueur de journée … et de nuit…  A la fin, les questions pleuvent, pas le temps de respirer. J’essaye d’y répondre, je n’y arrive pas toujours mais je tente d’assurer tout de même, il faut tenir jusqu’au bout. Et voilà, « Merci mademoiselle, vous pouvez disposer » (vous pouvez respirer !).

La réponse doit tomber dans 2 jours, ça va être long, j’ai pas envie de rentrer chez moi, en plus je suis seule ce soir, c’est la dèche 🙂 … Comme toute lyonnaise qui se respecte en cas de déprime, je fais un détour par la Part dieu pour errer dans les boutiques. Mon portable sonne, c’est mon DT qui m’annonce que j’ai décroché l’allocation doctorale ………………………… gloups, je ne m’y attendais pas, quoi dire ? heu ??? allô ???Ben, euh, merci !!!

Ca y est, j’ai retrouvé la pêche et je rentre chez moi ivre de bonheur. Les gens me sourient dans la rue, ah ouais, normal :-)))))))))))))

Publicités
Cet article, publié dans Avant la thèse, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Audition pour l’allocation doctorale

  1. Frédéric AUBRUN dit :

    ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s