What the hell !

« Ma fille s’appelle Facebook et c’est le symbole de la démocratie  » : c’est ce qu’est en train de chanter ce tout jeune papa égyptien qui a prénommé sa fille Facebook. Bien Sûr, Mark Zuckerberg est sur les rangs  pour être le parrain, fier d’être à l’origine de 2 révolutions : la révolution de l’internet (rien que d’écrire ça, j’ai des fourmis dans les doigts 🙂 …) et la révolution égyptienne. A la limite, les parents du bébé sont en train de connaitre une période historique tant au niveau de leur pays qu’au niveau de leur famille. Ils n’ont pas assez de recul et ils sont trop fatigués pour se rendre compte du ridicule de l’affaire.

Ce qui m’agace dans cette histoire, c’est l’article d’Alexia Tsosis sur Techcrunch : elle y érige Facebook comme le pilier de la démocratie, en souhaitant que le prix Nobel de la Paix revienne à Internet (qui représentera l’internet : l’Icann ? Mark Z. ?). Bravo le discours technologue !

Ca me rappelle le discours de Virginia Heffernan, journaliste au New York Times, lors de son intervention à la conférence Web culture : un peu d’humour et beaucoup de conneries. Ou alors, nous n’avons pas du tout la même vision des choses des 2 côtés de l’Atlantique. Ok, les US sont en avance d’un point de vue technologique, mais de là à parler de catastrophe culturelle, dire que les livres sont des vrais nids de poussière (note perso : penser à dépoussier la bibliothèque) et même pire, je cite : « Les livres sont devenus illettrés ! Ils aspirent désormais à être des objets visuels matériels. Ils sont vendus en tant que tels. […] Le langage devient plus purement lui-même quand il est numérisé. Plus abstrait, plus proche de la pensée. » (elle aussi elle me donne des fourmis dans les doigts 😦 ) Dans les grandes lignes, Platon avait déjà écrit la même chose dans Phèdre, quand il faisait dialoguer Teuth et Thamous sur l’invention de l’écriture. Et 2 siècles plus tard, la transmission orale est toujours là, l’écriture aussi …

Gageons que les 2 pom-pom girls de l’internet lâcheront leurs ponpons lorsque Facebook fournira des bases de données sensibles au nouveau gouvernement égyptien ou lorsqu’elles s’apercevront de l’amplitude des fermes servant à abriter les serveurs de leur nouveau Dieu Internet.

http://techcrunch.com/2011/02/19/facebook-egypt-newborn/

Publicités
Cet article, publié dans Enervement, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s